Les collections

Le musée est né de la donation de la Fondation du Maréchal Leclerc de Hauteclocque et du legs d’Antoinette Sasse – peintre, résistante et amie de Jean Moulin – à la Ville de Paris.

Les collections concernant le Général Leclerc sont donc issues de la Fondation du Maréchal Leclerc de Hauteclocque - fonds conservé au quartier Gramont à Saint-Germain-en-Laye jusqu’en 1994 - et d’autre part de dons effectués par les Anciens Français libres et de la 2e DB. Elles se composent principalement d’objets personnels et de la vie quotidienne ayant appartenu au Général ainsi qu’à ses soldats, couvrant les périodes Seconde guerre mondiale, l’Indochine et l’Afrique du nord, jusqu’à la mort accidentelle de Leclerc en 1947.

Les collections concernant Jean Moulin ont été constituées en grande partie par l’apport de deux legs importants. Le legs d’Antoinette Sasse, et le legs d’Andrée Dubois et Suzanne Escoffier, ses cousines.

Le fond Antoinette Sasse comprend l'ensemble des archives conservées par Antoinette Sasse, amie de Jean Moulin, léguées à la Ville de Paris en 1987 avec l'ensemble de ses biens. Il est constitué de photographies, lettres et dessins de Jean Moulin ainsi que de journaux, coupures de presse et souvenirs lui rendant hommage. Les photographies, dessins et correspondances personnelles d'Antoinette Sasse avec différents artistes et hommes politiques contemporains font également parties de cette collection.

Les fonds d’Andrée Dubois et de Suzanne Escoffier rassemblent l’ensemble des archives de la famille conservées par Laure Moulin, sœur de Jean Moulin. Cette collection comprend la correspondance privée des différents membres de la famille (dont les lettres écrites par Jean Moulin à ses parents et à sa sœur entre 1918 et 1943), les compositions et bulletins de classe de Jean Moulin, les journaux où sont publiées ses caricatures / ayant trait à sa vie de haut fonctionnaire dans l'administration préfectorale de Jean Moulin, les archives d’Antonin Moulin (dont ses manuscrits), la collection philatélique de Laure Moulin, les dossiers documentaires constitués lors de la création des lieux de mémoires dédiés à Jean Moulin. Sa famille a aussi confié au musée des meubles et objets à Jean Moulin.

Le musée dispose de collections photographiques et archivistiques sur la Libération de Paris. Armes FFI, copies d’écoles des enfants de la Libération, en passant par des photographies, affiches, dessins et témoignages du pavoisement des parisiens (partitions de chants populaires, cartes postales, brassards FFi, bouquets patriotiques et drapeaux) : ces collections sont issues notamment de nombreux dons de particuliers et de familles (Franco Rogelio, Delacroix, Bourget, Pierre Alcan, Kergall et beaucoup d’autres) qui ont souhaité contribuer à faire connaître ce temps fort de l’Histoire. Elles comptent un grand nombre de photographies, d’images instantanées prises par des témoins directs et des acteurs. Ainsi le Fonds Gandner, qui a intégré les collections du musée en 2004 et représente plus de 500 photos d’archives. André Gandner, jeune photographe professionnel, a couvert la Libération de Paris depuis la construction des barricades jusqu’au défilé du 26 août, avant de rejoindre la 2e Division Blindée en tant que reporter de guerre et d’immortaliser la prise de Strasbourg ainsi que l’avancée des troupes alliées. L’enrichissement des collections Le déménagement du musée L’annonce de l’ouverture du nouveau musée a suscité l’intérêt d’acteurs de la période ou de leurs descendants. Ainsi de nouvelles pièces exceptionnelles ont pu être acquises et sont présentées au public. La famille de Jean Moulin a permis l’acquisition d’oeuvres de Chabaud et d’Utrillo de la collection privée du résistant exposée dans sa galerie d’art Romanin, inaugurée le 9 février 1943, à Nice, et qui lui servit, un temps, de couverture. Des courriers originaux de la résistante Charlotte Jackson, une robe réalisée spécialement en vue de la Libération de Paris ou des armes de soldats de la 2e DB sont venues compléter les collections. Afin de permettre leur déménagement et leur présentation au public, un vaste chantier des collections a été réalisé : les objets et les documents sont informatisés, photographiés, nettoyés, restaurés lorsque nécessaire, puis conditionnés dans des emballages adaptés qui ont permis de les transporter en toute sécurité sur le nouveau site muséal. Les tableaux de la collection Jean Moulin ont été restaurés grâce au soutien du Fonds de dotation ASER – Rotary Paris Académies.

  • 7000 objets environ, dont une grande diversité d’objets militaires et du quotidien
  • Des milliers de documents originaux sur la période
  • Des fonds exceptionnels sur le général Leclerc et sur Jean Moulin
  • Une collection textile d’uniformes de la 2e DB
  • Un fonds d’affiches et de journaux originaux
  • Des séries photographiques, notamment sur la Libération de Paris
  • 125 témoignages audiovisuels

Rechercher une œuvre